1. CIBLER la source de la corruption pour la combattre

1.  CIBLER la source de la corruption pour la combattre

Plus les travaux de la Commission CHARBONNEAU avancent, plus les doutes sur l’existence d’un problème de corruption chronique au Québec se dissipent. Hormis tous ceux qui gravitent autour du Parti libéral du Québec et des partis politiques municipaux éclaboussés par les récentes révélations, à peu près tout le monde s’indigne devant la corruption. Par contre, personne ne semble vraiment savoir par où commencer pour s’attaquer à ce fléau.

Pour espérer régler un problème, il faut nécessairement être en mesure de CIBLER sa source. Or, CIBLER la source de la corruption est un problème en soi. Chaque année, l’organisme non gouvernemental (ONG) Transparency International publie un rapport qui identifie une variable précise de la corruption. Dans son rapport de 2007, Transparency International s’attarde à dépeindre les dessous de la corruption judiciaire[1]. L’ONG analyse la provenance des pressions indues et les types d’influences externes auxquels les magistrats et les employés des tribunaux doivent faire face au quotidien.

Selon Transparency International, le phénomène de la corruption au sein des systèmes judiciaires serait la « source » de la corruption en général, l’élément pivot auquel il faut s’attaquer pour lutter efficacement contre la corruption. Sans la corruption judiciaire, la corruption au sein des gouvernements et des partis politiques ne saurait subsister.

Pour être en mesure de CIBLER les variables qui contribuent à maintenir en place la corruption judiciaire au Québec, j’ai regroupé les thèmes abordés dans le rapport de Transparency International sous les trois catégories qui suivent : 1) Les nominations judiciaires par le gouvernement au pouvoir; 2) Le détournement des fins du pouvoir législatif; et 3) La partialité et la dépendance des juges corrompus. Chacune de ces variables fait l’objet d’un chapitre qui illustre la problématique en citant plusieurs exemples factuels de corruption rapportés dans l’actualité québécoise. Pris dans leur ensemble, les faits présentés dans ces trois catégories permettent de voir la réalité en face. Tout ce que l’on a pu entendre jusqu’à maintenant en frais de scandales liés à la corruption au Québec ne pourrait exister sans la complicité d’une faction corrompue organisée à l’intérieur même du pouvoir judiciaire.

Sans la preuve de l’existence de la corruption judiciaire au Québec, le présent travail serait incomplet. L’analyse des composantes de l’appareil judiciaire québécois est donc faite au sens large pour comprendre la complexité des rapports d’influence et l’étendue du problème auquel nous faisons face. En espérant que la faction décrite dans les pages qui suivent soit la seule qui existe, je reproduis sa structure à l’aide d’un schéma et j’identifie les acteurs selon la preuve disponible.

Après avoir CIBLER les sources de la corruption judiciaire, la deuxième étape pour combattre l’identification de la étape pour résoudre un problème est de sortir du déni. Avec cet ouvrage, j’espère convaincre tous les Québécois qu’un problème de corruption judiciaire existe et qu’il faut s’y attaquer. La réalité fera mal, elle sera traumatisante pour certains. Par contre, celui qui subit un choc doit se relever, se tenir debout et dire : « non, c’est assez ».

D’abord et avant tout, mon ouvrage cherche à obtenir une prise de conscience par la population, les politiciens, les étudiants en droit et les acteurs du système de justice, les honnêtes comme les malhonnêtes, sur les coûts et les enjeux sociaux directs et indirectes qu’engendre la corruption judiciaire dans une nation. Plus concrètement, nous devons réaliser que la détresse psychologique qui afflige les victimes de ce déséquilibre social a un coût qui s’étend sur plusieurs générations.

C’est uniquement lorsque le gouvernement en place reconnaîtra publiquement que le Québec est au pris avec un problème de corruption judiciaire qu’il sera enclin à mettre en place un plan stratégique pour combattre ce type de corruption. C’est à ce moment que la deuxième étape dans la lutte contre la corruption pourra commencer.

Cette deuxième étape doit commencer par la mise sur pied d’une commission d’enquête sur la corruption judiciaire. En parallèle, profitant de l’effet qu’aura la Commission CHARBONNEAU, le gouvernement au pouvoir devra travailler de concert avec les partis de l’opposition pour établir un plan stratégique à long terme pour tenter d’enrayer la corruption judiciaire. Le mot d’ordre doit être la tolérance zéro. À cet effet, je me permettrai de suggérer la mise en place de certains mécanismes adaptés à la situation québécoise.

Avant d’aller plus loin, il est primordial d’être en mesure de faire la distinction entre la corruption en général et la corruption judiciaire.

TABLE DES MATIÈRES
CHAPITRE II – L’ABC DE LA CORRUPTION JUDICIAIRE
1.  CIBLER la source de la corruption pour la combattre
2.  Différencier la corruption judiciaire des autres formes de corruption
3.  Qui sont les acteurs de la corruption judiciaire au Québec et qu’est ce qui fait leur succès
4.  Qui sont les acteurs de la corruption judiciaire au Québec et qu’est ce qui fait leur succès (deuxième partie)
CHAPITRE III – PORTRAIT DU DÉFUNT GOUVERNEMENT CORROMPU DE JEAN CHAREST

En suivant la Commission PAPILLON sur Facebook, vous vous assurez d’être notifié lors de la publication de la prochaine section ou des prochaines pages de mon livre. Pour nous suivre,  cliquez sur la cible et aimez la Commission PAPILLON :


[1] TRANSPARENCY INTERNATIONAL, Rapport mondial sur la corruption, Cambridge University Press, 2007.

Advertisements

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s