5. Unir nos forces pour obtenir une commission d’enquête sur la corruption judiciaire

Photo : Jacques Nadeau – Le Devoir

Les exemples de lutte contre la corruption judiciaire dans le monde démontrent que sans le soutien des médias locaux, nationaux et internationaux, les initiatives de dénonciation publique de la corruption et de la collusion judiciaire sont vouées à l’échec. Pire encore, les dénonciateurs deviennent victimes de leur témérité.

N’ayez crainte, il y a aussi les « Success Stories ». En Italie, par exemple, pour la seule année 1998, 203 magistrats ont été poursuivis pour corruption, abus de pouvoir et liens avec la Mafia[1].

La dénonciation de la corruption judiciaire au Québec ne se fera pas sans la mobilisation des citoyens et l’aide des médias traditionnels pour rendre publique l’information disponible.

Déjà, le 29 juillet 2012, par communiqué de presse[2], je prenais des mesures auprès de quelque 150 personnes et organismes locaux et internationaux pour qu’ils nous viennent en aide dans la dénonciation de la corruption judiciaire : des ONG qui luttent contre la corruption dans le monde, des organismes du Québec qui ont à cœur la protection des droits individuels et de la liberté d’expression, des chefs de parties politiques, des députés, des professeurs de droit de renoms et des journalistes locaux, nationaux et internationaux.

Pour m’assurer que ces personnes et ces organismes crédibles puissent témoigner sur la véracité de mes allégations par leurs écrits et leurs recherches, je leur ai tous fait parvenir un résumé de mon livre et la preuve disponible plusieurs mois avant la publication de mon ouvrage.

Un système de justice corrompu n’est d’aucune utilité dans une société de droit comme celle du Québec. Seule une commission d’enquête sur la corruption judiciaire permettra de faire tomber, une fois pour toutes, les trois piliers qui maintiennent en vie la corruption judiciaire, le type de corruption qui sert d’assise à toutes les autres formes de corruption que l’on connait.

En septembre 2012, la Commission CHARBONNEAU recevait l’experte Valentina TENTI, docteure en criminologie. Celle-ci a recommandé à la commission de mettre l’emphase sur les comportements de collusion, de corruption et sur les failles du système exploitées par certaines personnes – quelles qu’elles soient[3] – pour obtenir des résultats. L’histoire ne dit pas si les juges adeptes de la corruption judiciaire étaient visés par les recommandations de madame TENTI.

Sans minimiser son importance, en ne s’attaquant qu’à la corruption dans l’industrie de la construction, la Commission CHARBONNEAU ne fera que la lumière sur un type de corruption parmi tant d’autres. Sans un mandat élargi qui permettrait de se pencher aussi sur la corruption judiciaire, les résultats de la Commission ne seront qu’éphémères. À n’en point douter, il serait illusoire de croire que la commission oserait remonter jusqu’aux juges corrompus dans son analyse.

Depuis les trois dernières années, nous avons été témoins de l’émergence d’une nouvelle conscience sociale au Québec. Loin de s’essouffler, celle-ci prend de l’ampleur. Tous sont interpelés par les enjeux sociaux. Les Québécois s’abreuvent d’information via les médias non traditionnels et tous sont très frileux en ce qui concerne les questions d’éthique et de transparence de la part de nos élites dirigeantes.

La population doit s’unir à nouveau pour réclamer, de notre nouveau gouvernement péquiste, qu’il mette en place une commission d’enquête publique sur la corruption judiciaire. La lumière doit être faite sur les allégations de corruption et de collusion judiciaire contenues dans le présent ouvrage.

En rendant publics les résultats de mes recherches sur la corruption judiciaire au Québec, j’espère pouvoir susciter le désir, autant chez les citoyens que chez nos élus, de vouloir faire l’impossible pour que notre système de justice retrouve ses lettres de noblesse.

Dans l’attente de la publication de mon deuxième chapitre, je vous suggère un petit film de 11 minutes qui démontre l’éventail des possibilités lorsque l’on s’unit pour dénoncer sans violence. Cliquer sur la télévision pour visionner «Joignez-vous à la résistance – MAINTENANT»

Advertisements

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s