3. Les Québécois portent un dur coup au premier pilier de la corruption judiciaire : Le PLQ

Photo Agence Reuther, La Presse

L’arrivée récente du Parti québécois à la tête du gouvernement du Québec a permis de faire tomber l’un des piliers de la corruption judiciaire. Le remplacement du pouvoir exécutif du PLQ par celui du Parti Québécois a porté un dur coup à l’« industrie » de la corruption au Québec. Par contre, il se trouve toujours une faction de députés corrompus du PLQ dans le pilier du pouvoir législatif. Pas moins de 50 députés libéraux, dont 16 anciens membres du Conseil exécutif libéral, sont toujours en poste et forment maintenant l’opposition officielle. Si le gouvernement actuel ne s’attaque pas immédiatement aux deux autres piliers de la corruption judiciaire, il fait nul doute que nous ne pourrons pas tirer le maximum de la Commission CHARBONNEAU.

Pour l’« empire » de la corruption judiciaire, la fin du règne du gouvernement de Jean CHAREST représente la perte de la mainmise sur le pouvoir exécutif, l’un des trois piliers qui lui permettent de prospérer. Pour autant, ce handicap ne veut pas dire la fin de ce type de corruption. Cette période d’accalmie est l’occasion pour les stratèges de la corruption judiciaire de restructurer le PLQ, de lui trouver un nouveau chef et de nouvelles forces, solides et corruptibles pour revendiquer, à nouveau, le droit de gouverner le Québec au prochain scrutin. On se prépare tranquillement à remettre l’entreprise de la corruption judiciaire en marche en rebâtissant le pilier qui s’est effondré. Sans une intervention immédiate du gouvernement pour s’attaquer aux deux autres piliers, tous les ingrédients pour que les stratèges de la corruption judiciaire réussissent sont réunis. Il ne suffit qu’à jeter un coup d’œil aux résultats des dernières élections pour s’en rendre compte.

Avec les récentes déclarations entendues lors des audiences de la Commission CHARBONNEAU, faut-il vraiment se surprendre du fait que le PLQ ait pu aller chercher la confiance de plus de 31 % des électeurs québécois lors des dernières élections? Le tout, en ayant plusieurs ministres directement impliqués dans des scandales de corruption. Ce 31 % porte à réfléchir. Certes, plusieurs facteurs peuvent expliquer cette surprenante popularité. Par contre, dans les circonstances, serait-il possible d’attribuer ce succès inespéré du PLQ à la possibilité qu’une quantité insoupçonnée d’individus tirent ou tiraient profit des fruits de la corruption sous le règne de Jean CHAREST? S’il en était ainsi, et si rien n’est fait pour s’attaquer à la corruption judiciaire, il est à prévoir que le PLQ nous étonne de plus belle lors des prochaines élections provinciales.

Accepter l’existence de la corruption judiciaire au Québec est une chose. Lutter contre la corruption judiciaire en s’attaquant aux deux piliers restants en est une autre. Par leur mobilisation, les deux tiers des électeurs québécois ont déjà démontré qu’ils sont déterminés à se dresser contre tous ceux qui tenteront de les empêcher de dénoncer cette pratique criminelle. Il ne manque que la mise en place des outils appropriés pour s’attaquer aux piliers encore debout de ce type de corruption, soit les députés corrompus qui votent des lois au bénéfice de ceux qui contrôlent le système en place et ceux qui financent l’entreprise illicite qu’est la corruption judiciaire.

Les adeptes de la corruption judiciaire se doivent d’être dénoncés publiquement. Avec plus ou moins de succès, plusieurs victimes de la corruption judiciaire ont tenté de dénoncer ses membres. Avec une approche plus intellectuelle, une approche globale de ce qui cause la corruption judiciaire et les autres formes de corruption, j’espère convaincre le peuple et les élus de l’importance d’agir sans tarder. C’est là tout le sens de mes écrits qui sont le résultat de mes recherches et de ma passion pour le combat de la corruption sous toutes ses formes.

ÉTAT DES LIEUX : À QUELQUES PAS D’UNE RÉVOLUTION?

1.  Le ras-le-bol des Québécois en matière de corruption
2 . Identification des adeptes de la corruption judiciaire au Québec
3 . Les Québécois portent un dur coup au premier pilier de la corruption judiciaire : Le PLQ
4.  Mon expertise sur la corruption judiciaire
5.  Unir nos forces pour une commission d’enquête sur la corruption judiciaire

Advertisements

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s